17/03/2010

Et puis il y a des soirs.

13 commentaires:

  1. Ma grand-mère à moi a carrément oublié de m'appeler pour mon anniversaire.
    Je comprends ce que tu ressens car j'ai le droit à de sublimes remarques de la part de ma famille. Petits exemples : "Faut être une femme pour être artiste, comme ça tu peux au moins te faire entretenir par ton mari" "Et sinon à la fin tu vas faire quoi CONCRETEMENT ?" "Tu sais machin chose le fils du cousin de truc bidule eh ben il arrive pas à trouver du boulot dans ce métier"
    J'adore les conversations familiales.

    Alors il faut se dire qu'ils pensent à notre bonheur, parce que pour eux bonheur = gagner de l'argent, mais nous on sait bien qu'il est ailleurs.

    RépondreSupprimer
  2. Je confirme... meme topo ici! En particulier avec les grand-meres... dans ces cas-la je me dis que je ne peux pas demander a quelqu'un qui a vécu une autre vie, une autre époque, un autre univers, de me comprendre. En tous cas, super texte et super dessin.

    RépondreSupprimer
  3. Joyeux anniversaire, au fait! :-)

    RépondreSupprimer
  4. normal que tu n'arrives pas à prendre de la distance par rapport à tout ça mais, accroche toi, bien sur que tu vas y arriver !!
    joyeux anniversaire (en retard du coup !).

    RépondreSupprimer
  5. et te dire qu'il y en a qui y croit ! même des anciens pour qui la vie d'artiste est loin de leur quotidien. Même s'il faut du temps. ça te redonne du baume au coeur ?
    ton projet est trop beau et tu y crois trop pour te laisser submerger par la morosité...
    Go !

    RépondreSupprimer
  6. Oh merci Delphine, Agathe et Anonyme...
    Anonyme tu es frustrant de ne pas laisser un prénom, quelque chose... !
    Mais merci merci.

    RépondreSupprimer
  7. un soir, dans un chalet au milieu d'un petit village enneigé, après une journée de raquettes, un certain Jacques, 99 ans, m'a parlé des "casse-moral". M^me proches de toi affectivement : partir du principe que tes idées, tes projets, personne ne peut les comprendre. Comme le dit Agathe justement : pas les m^mes époques, critères. Et aussi le poids, le rouleau compresseur, le mammouth cosmique du conformisme.
    Punk your life.

    RépondreSupprimer
  8. Amélie, comme je te l'ai écrit une fois. j'aime vraiment tes dessins et ta sensibilité. ta grand-mère s'inquiète pour toi mais ce n'est pas une raison valable pour céder à l'empreinte du moule. Si tu peux vivre de ce métier. S'il ne te demande pas d'avoir recours à des boulots alimentaires alors suit ton chemin ...

    J'aimerais que l'on reparle de ton travail et de tes carnets sur la perte. J'avais lu ton billet et ton appel à témoignage. ce jour-là, j'allais très mal ... j'ai écrit sept petits textes autour de ce thème. ils ont jailli comme des dents à arracher. Ils étaient si épidermiques et si intimes que j'ai pu me résoudre à les envoyer. l'un d'entre aux évoquait la figure de ma grand-mère. Une photo t'est-elle vraiment indispensable ? Si je me résous à te faire parvenir ce(s) texte(s), il(s) ne comportera(ront) pas de photo.
    C'est passionnant mais très délicat, cette contribution que tu as demandée. j'aimerais en savoir davantage sur ce projet artistique. le carnet est-il destiné à la vente. Ou bin à une exposition ? peut-être serait-il préférable que l'on en parle en off.

    RépondreSupprimer
  9. c'est un truc de parents ça.
    ils veulent juste qu'on ramène du fric.
    que ce soit un travail qui nous plaise ou pas,un travail qui nous rende heureuse ou pas, ils s'en moquent.

    tant que tu peux te débrouiller autrement, tant que t'es pas à la rue et dans des situations invivables, gardes tes rêves et fais-tout ton possible (en restant correcte, il ne faut pas faire n'importe quoi non-plus) pour les réaliser.

    beaucoup d'auteurs cumulent les petits tafs : genre donner des cours, être infographiste de temps en temps, ateliers, résidences d'artistes, travailler dans un théâtre etc, à côté de l'édition.
    à toi de voir si ça te plairait et si ça te semble être une solution convenable pour toi et tes envies et ta vie etc.

    courage.

    Vedrana

    RépondreSupprimer
  10. Merci beaucoup pour tous ces petits messages !
    Il se trouve que j'ai la chance d'avoir des parents qui me comprennent et me soutiennent, les grands-parents eux, il y a aussi un simple problème générationnel. Mais en tous cas merci beaucoup, pour le soutien, l'écoute et le résonnement que vous avez donné à ce post.

    RépondreSupprimer
  11. EDIT : Cécile > tu peux, si tu veux, m'envoyer un mail sur amelie.bonnin@gmail.com si tu souhaites davantage de précisions sur le projet de l'absence.

    RépondreSupprimer
  12. Mouhahah

    expliquer à ma Grand-mère mon métier j'ai laissé tombé!
    ... « Oaaah... c'est une peu accessoire quand même

    RépondreSupprimer
  13. Je crois qu'il y a effectivement un problème générationnel! ça été le même topo pour moi quand il a fallu que j'explique à ta grande-tante (^^) ce que je faisait en art appliqué! J'ai eu le droit à des "mais et après tu vas faire quoi?" "ça paye bien ça artiste?" et maintenant que je veut m'orienter dans la comm' c'est "et alors c'est toi qui va faire les pub pour la télé?" ou encore "et pourquoi tu veux pas faire un truc qui gagne bien comme ta cousine?"
    C'est vrai que ce n'est pas très encourageant mais pour eux l'argent est indispensable à une vie heureuse!
    Dans tout les cas bon courage pour la suite et bravo pour ce blog que je visite régulièrement, et qui est vraiment très beau! Continue comme ça pour nous faire encore profiter de ton talent!

    RépondreSupprimer